Déclaration d’amour : la virtualisation d’un serveur

Ecrit par loran. Posté dans hébergement

L'informatique dans les nuages

“L’informatique dans les nuages” ah, que c’est beau la poésie pour parler de technologie barbares. Mais au fait, est-ce une bonne traduction ?

Bonjour à tous

Je voulais vous faire partager une déclaration d’amour particulière : l’amour que j’ai pour la virtualisation. Bien entendu, cet amour est ponctué de bits et de bande passante,

En effet, la virtualisation est quelque chose de formidable en informatique. Je vous laisse chercher sur Wikipédia la définition d’un environnement virtuel, pour bien identifier ce que c’est. Mais si je voulais vulgariser à l’extrême, la définition serait de disposer d’un environnement tel que Windows ou Linux aussi facilement qu’on dispose d’un logiciel : on installe, on désinstalle, on ouvre, on ferme un environnement.

Et bien la virtualisation, c’est de pouvoir encapsuler dans un espace protégé, de créer une bulle dans laquelle on dispose d’un outil de travail.

Concrètement, sur mon serveur, je peux avoir en quelques secondes et en quelques clics aussi bien un serveur web qu’un Windows. Mais aussi des environnements prêts à utiliser, déjà tous configurés (soit par moi-même, soit fourni par l’éditeur du système de virtualisation, voire même par des utilisateurs tiers).

Alors comme je bosse beaucoup sur le web, voici un peu le palmarès de mes environnements virtuels :

  • plusieurs serveurs web, classiquement basé sur l’architecture LAMP (Linux, Apache, MySQL, PHP) ou LEMP (Nginx)… tout simplement des sites que je gère.
  • des sites de développement pour mes clients, ainsi que des sites de pré-production, de test et de benchmark.
  • des serveurs virtuels sur lesquels je fais ma R&D (par exemple, comment j’ai installé & paramétré un serveur pour supporter 1 million de visiteurs par heure pour un client… oui je sais, je vous dois un petit article là-dessus)
  • des serveurs de bureau : en l’occurrence, j’ai besoin d’un Windows 7, pour faire tourner 24h/24 des outils pour mon activité de référencement, mais pas que.
  • des serveurs Ubuntu : par exemple, hier j’ai eu besoin d’installer l’environnement de développement Eclipse pour développer une application Android. Plutôt que de le faire sur mon ordinateur personnel, c’est plus simple de le faire sur un serveur virtuel.
  • en tant que stockage varié : NAS, SeedBox, Backup, OwnCloud..
  • et il y en a d’autres évidemment, ça n’a pas d’intérêt de tout lister, vous avez compris l’intérêt.
Schéma de la virtualisation d'un serveur physique en serveur virtuel

Les avantages de la virtualisation

  • je dispose d’un ou plusieurs serveurs puissants. Et oui, parfois c’est bien plus puissant et rapide qu’un ordinateur PC de bureau :)
  • avec une belle bande passante, bien plus importante que mon ADSL (bon, tant mieux pour ceux qui sont en Fibre optique ou en VDSL).
  • la création d’un serveur virtuel prend quelques dizaines de secondes et est disponible tout de suite ou presque (presque dans le cas où un serveur est nu)
  • je dispose de mes propres packages ou “templates de serveur” :
    • serveur web déjà optimisé
    • environnement de développement avec Drupal,
  • on peut mettre en pause et même éteindre un serveur virtuel pour le retrouver plus tard
  • on peut faire des backups ou des snapshots d’un serveur virtuel facilement
  • mais surtout, cela répond à la question : “j’ai besoin d’un ordinateur ou d’un serveur immédiatement”

Les inconvénients de la virtualisation

  • l’utilisation de la virtualisation avec un hyperviseur, et les outils associés prend entre 5% et 15% de la puissance du serveur dédié. Pour ma part, j’ai choisi l’outil Proxmox qui est très léger et convient parfaitement à mon utilisation.
  • cela prend de la place, il faut bien dimensionner les serveurs. Bon, je m’en fiche, sur mon serveur j’ai 1 ou 2 To :)
  • il faut avoir autant d’IP que de serveur… bon, c’est pas toujours vrai, c’est juste plus pratique pour isoler les serveurs. Si vous insistez sur Twitter, je vous expliquerai comment installer autant de serveurs avec une seule IP.

Voilà, un serveur virtuel c’est topissime. Vous savez tout ce qu’il faut savoir : un serveur virtuel, c’est un outil de travail formidable.

Le serveur virtuel ou le serveur cloud, le bon choix maintenant

D’ailleurs, certains hébergeurs tels que Ikoula, OVH, PlanetHoster, EvxOnline et d’autres proposent des VPS “virtual private server”, des serveurs virtuels prêts à l’emploi vous permettent de vous affranchir de toute contrainte physique (vous ne gérez que votre environnement virtuel, tout ce qui est au-dessus n’est pas de votre fait. Très utile pour ne pas se soucier des pannes matérielles et surtout des ressources que vous pouvez allouer à votre convenance (pics d’activités, besoin qui évolue).

Pendant très longtemps, le serveur virtuel n’a pas eu la côte en France, par la faute de la concurrence qui a abaissé les prix sur les serveurs physiques, rendant les VPS trop chers par rapport à la prestation rendue. Surtout la faute d’OVH avec des tarifs trop attractifs pour rendre séduisants les VPS français.

D’ailleurs, c’est en France que l’hébergement est le moins cher, aussi bien sur les serveurs physiques que sur les serveurs virtuels.

OVH a sorti ses VPS 2014, et enfin pour la première fois, je vois des tarifs plus avantageux et des rapports prestations/qualité/prix souvent supérieurs aux serveurs dédiés… enfin, la virtualisation peut décoller en France, alors que dans le monde, c’est déjà le cas depuis longtemps.

La virtualisation c'est Zen ... Xen (blague de geek)

La virtualisation c’est Zen … même Xen (blague de geek virtuel)

Les solutions de virtualisation

Juste histoire de vous donner quelques éléments sans les comparer, voici ceux que vous pourrez rencontrer :

  • Citrix / XenServer
  • Microsoft / Windows Server avec Hyper-V
  • VMware vSphere / ESX
  • Parallels / Virtuozo
  • Proxmox VE
  • SolusVM
  • et d’autres évidemment…
Google est votre ami, et si ce n’est pas le cas, je suis disponible pour donner mon avis. Généralement, si vous vous posez des questions ou que vous avez envie de découvrir, choisissez Proxmox, c’est déconcertant de facilité.

Conclusion

J’aime la virtualisation de serveur, j’en suis amoureux car cela permet tellement de choses, cela améliore le travail comme jamais. Depuis que je virtualise, je suis beaucoup plus détendu lorsque je travaille. Les mots me manquent, mais voilà, vous devez passer à la virtualisation de serveur, c’est quelque chose de fantastique. Fini le serveur de papa trop grand, dans lequel tu nages, ou trop serré comme un vieux slip. Fini mutualisé, où tu peux rien faire, car tu conduis dans une petite rue avec une ligne continue sans avoir le droit de la franchir ou de dépasser un voiture sans permis…

Questions-réponses (envoyez les moi sur Twitter ou en commentaire)

  • Question : Si je n’ai qu’un site (ou un ensemble de sites sur le même espace), est-ce que ça vaut le coût/coup ?
  • Réponse : bien sur que ça vaut le coup, même avec UN SEUL serveur virtuel. Pensez uniquement à la fonction de backup/snapshot qui permet de réinstaller le serveur en cas de besoin soit sur le serveur dédié actuel, soit ailleurs
  • Question : Chez quel fournisseur héberger son serveur dédié ou virtuel ?
  • Réponse : demandez moi en commentaire, je vous donnerai mon avis et vous orienterai vers ceux qui vous correspondent
  • Question : qui peut installer, paramétrer et même infogérer des serveurs performants ?
  • Réponse : moi… suffit de me contacter, je suis très souple, pas cher et je livre les serveurs répondant à votre besoin.
  • Question : peux-tu me préparer un serveur rapide, performant, supportant beaucoup de visiteurs sans que le serveur fronce les sourcils ?
  • Réponse : à ton avis ? :)

Mises à jour au sujet de Proxmox

On m’a fait remarquer que c’est parfois difficile de paramétrer Proxmox. Je dirais : “pas trop, non”. Voici quelques liens qui apportent de l’eau au moulin :
  • Linux : installez des templates en nombre suffisant, par rapport à tout ce que vous voulez tester. N’hésitez pas, c’est gratuit
  • Windows :
    • cette vidéo est très utile : http://www.youtube.com/watch?v=thVmhIw4-jU
    • il vous faudra une ISO de Windows 7. Par exemple via http://www.winmacsofts.com/telechargement-direct-de-liso-de-windows-7-avec-sp1/ pour lesquels vous aurez fait un wget dans le répertoire /var/lib/vz/template/iso. Attention, il semble que certaines URLs sont fausses. Vous pouvez devinez en utilisant les noms des fichiers avec les bonnes URLs
    • et enfin le driver Windows Virtio, pour je crois gérer le boot ou un truc comme ça, à installer au moment de l’installation de Windows http://alt.fedoraproject.org/pub/alt/virtio-win/latest/images/bin/virtio-win-0.1-74.iso
    • pour avoir accès à internet, j’ai rajouté une interface réseau NAT en plus du Bridge. Je sais pas si ça vaut le coup, peu importe. Et j’ai choisi dans les options d’Internet Explorer, dans l’onglet connexion, de découvrir les paramètres réseau… Magiiiiiiiiiiiiiiiiiie ! ça marche.
 

loran

Qui suis-je ? Du côté pile, je suis consultant en Système d'Information pour de grands comptes (médias, télécom, transport, finance). Du côté face, j'interviens en tant que consultant auprès de TPE/PME pour leur apporter des solutions Web performantes, adaptées à leurs besoins à l'aide d'une méthodologie projet.

Commentaires (8)

  • Morgan

    |

    Super ton article! Car je t’avouerai que la virtualisation j’ai toujours eu des doutes en terme de performances globales…

    Ton tuto/explication sur la gestion des IP dans le cadre de la virtualisation serait également le bienvenu!

    Je m’interroge enfin sur l’aspect sécurisé, est il possible de faire cela avec une “grappe de serveur”, et de faire de l’archi 2 ou 3 tiers ?

    Reply

    • loran

      |

      bonjour Morgan

      merci pour ta réaction.
      1) doutes en termes de performances globales :
      - plus ton serveur dédié est puissant, moins tu subiras les effets de la virtualisation. Par exemple, pour un i5 4 coeurs à 3 Ghz + 16 Go de RAM sur lequel j’ai installé Proxmox et que des conteneurs OpenVZ, j’ai mesuré entre 5% et 10% la perte de puissance/ressources. C’est vraiment bien :) Sur d’autres solutions, il faudra éventuellement du plus gros serveur.
      - tu dimensionnes des serveurs virtuels comme tu le veux : parts de CPU, RAM, disque…
      - si tu achètes un VPS/un serveur virtuel, tu sais ce que tu achètes : parts de CPU et vitesse du processeur, RAM dédiée, espace disque

      2) Okay pour le tuto sur la virtualisation avec 1 seule IP (aucun intérêt pour suffisamment d’IP Failover, il y a plein de tutos sur le web)

      3) la sécurité : aucun problème, il y a une vraie isolation entre les VM/machines virtuelles sous KVM ou les CT/conteneurs sous OpenVZ (différences entre VM et CT : http://forum.ovh.com/showthread.php?79951-Proxmox-OPENVZ-KVM-differences et https://wiki.openvz.org/WP/Containers_vs_VMs)

      Quant à la grappe de serveurs, oui c’est possible puisque la seule différence entre un dédié et un virtuel, c’est la virtualisation du matériel (le virtuel dispose donc de sa propre adresse MAC, de sa propre IP,…). On peut faire tout pareil !

      Reply

  • jessyseonoob

    |

    J’ai failli me tromper sur le quiz anti spam, j’avais marqué youporn, ça n’a pas marché, le boncoin non plus.

    Donc comment tu fais si t’as qu’une adresse ip ? J’avais pris un kimsufi pour tester proxmox et je m’étais aperçu que ce n’était pas possible parcque je ne possédais pas d’assez d’adrese ip. Il en faut 1 par MV si j’ai bien compris, et surtout comment on y accède donc de l’extérieur ?

    Et vagrant dans tout ça il se situe où ?

    Reply

    • loran

      |

      Looool, on est pas obligé de toujours mettre un lien :)
      Bon, quand on n’a qu’une seule adresse IP, ça va être l’occasion d’un tutorial dans un nouvel article. Comme il y a beaucoup de monde concerné par l’achat d’un Kimsufi, ce sera l’occasion d’en faire profiter le plus grand nombre.
      Quant à Vagrant, c’est un outil MacOSX et Windows (peut être Linux, je sais pas) qui est très utile pour faire ses propres environnements virtuels dits “locaux” (à un ordinateur). C’est un concurrent de VirtualBox ou VMWare. Rien à dire, il est très apprécié. Un bon tuto se trouve sur http://www.synbioz.com/blog/vagrant_et_la_virtualisation_pour_faciliter_le_developpement

      Reply

  • Dog

    |

    on article est très intéressant, à vrai dire, je n’ai pas tout compris à 100%, mais je comprend tout à fait ce que tu veux dire, c’est dommage que je n’ai pas les connaissances techniques pour réaliser ce type de virtualisation serveur, ça doit être plaisant de configurer un serveur à souhait! Merci beaucoup pour ton article.

    Reply

  • Franck

    |

    alut, je découvre des choses sur toi :-) je pensais que tu étais un pur seo pas admin serveur :-)

    Nous sommes chez OVH et avons plusieurs serveurs dédiés, je t’indiquerais le nom de notre admin serveur par téléphone, peux-tu me contacter pour que l’on t’indique nos coûts actuels, afin de peser le pour et le contre ? Mais je suis ouvert aux changements…

    Google contraint les seo à s’habituer au changement, merci Panda, pingouin:-)

    Enfin je suppose que tu bosses aussi avec OVH ?

    Reply

    • loran

      |

      Bonjour Franck.
      De part les réseaux sociaux, tu as une image de moi uniquement “SEO” mais sache que le SEO est ce qui me définit le moins dans mon expérience professionnelle !
      C’est paradoxal vis à vis de ce que je communique, mais si… le SEO n’est qu’une partie.
      Pas de problème pour te contacter (soit mardi, soit jeudi, je suis en déplacement en ce moment). Je serai heureux de te donner mon avis. Et oui, je bosse avec OVH (il faut le dire, ils ont des tarifs et des services canons, si on oublie le SAV), mais aussi d’autres fournisseurs tels que Ikoula, Online ou d’autres.

      Reply

  • Rhode

    |

    Bonjour,

    Je voulais vous féliciter pour votre article, intéressant et très bien écrit. Je suis étudiant ingénieur manager en stage chez Host Europe (Allemagne), entreprise spécialisée en virtualisation. On peut clairement dire qu’ils ont une très grande avance sur la virtualisation par rapport à la France. Je suis surpris que dans les écoles d’ingénieurs on ne mise pas plus sur cette techno. J’ai dû apprendre par moi-même grâce à un serveur dédié OVH avec Proxmox. Je dispose de mes propres services (WordPress, Owncloud, TeamSpeak, Wiki…), quand on commence à s’y intéresser c’est une véritable drogue lol.

    Reply

Leave a comment

Quiz Anti-Spam :

Propulsé par Oueurd Praiss. Mais surtout par mes petites mains sur le clavier. Copyright © 1789-2013 sauf le week-end. Le Blog SEO décalé et impertinent.